Le paradis des anges
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» bonjour
Jeu 18 Juil - 21:52 par tibouchon

» Image du jour (mdrrrrrrrrrrr)
Jeu 7 Mar - 5:47 par crodan00

» Carnet du jour
Jeu 7 Mar - 5:41 par crodan00

» Cartes météo
Jeu 7 Mar - 5:08 par crodan00

» Horoscope
Jeu 7 Mar - 5:01 par crodan00

» Paris-Nice
Jeu 7 Mar - 4:52 par crodan00

» Résultats
Jeu 7 Mar - 4:46 par crodan00

» pommes au carambar
Lun 25 Fév - 14:08 par jaja200

» Tournoi des 6 nations
Lun 25 Fév - 7:19 par crodan00

»  Ailerons de poulet au curry
Jeu 24 Jan - 4:33 par jaja200

»  Amandines au chocolat
Jeu 24 Jan - 4:28 par jaja200

» Ananas confit Saint-Valentin
Jeu 24 Jan - 4:26 par jaja200

» Noix de Saint-Jacques aux poireaux
Jeu 24 Jan - 4:22 par jaja200

» Cassoulet aux lentilles
Jeu 24 Jan - 4:20 par jaja200

» pour JAJA
Jeu 24 Jan - 3:57 par jaja200

» Dakar 2013
Mer 9 Jan - 7:21 par crodan00

» Refrain d'hier
Lun 7 Jan - 7:14 par crodan00

» Poèmes de victor hugo
Lun 7 Jan - 7:10 par crodan00

» Grotte de Lascaux
Lun 7 Jan - 7:03 par crodan00

» TIMBRES FRANÇAIS de 1871
Lun 7 Jan - 7:00 par crodan00

» meilleurs voeux 2013
Mar 1 Jan - 9:24 par crodan00

» Bonne Année 2013
Lun 31 Déc - 18:47 par Admin

» Bon réveillon a tous
Lun 24 Déc - 20:39 par crodan00

» JOYEUX NÖEL2012
Ven 21 Déc - 19:47 par Admin

» Décès de Georges Bellec (membre des Frères Jacquesl)
Lun 17 Déc - 6:52 par crodan00

» Farce à chapon
Dim 16 Déc - 4:56 par crodan00

» Panettone de Noël
Dim 16 Déc - 4:49 par crodan00

» Soupe de Saint Jacques et de moules
Dim 16 Déc - 4:38 par crodan00

» décés de Maurice Herzog
Ven 14 Déc - 18:48 par crodan00

» Tour de france 2013
Mar 27 Nov - 7:41 par crodan00

» Bienvenue martine59 et Joséphine140
Lun 26 Nov - 12:54 par crodan00

» Bienvenu CATEX, lionelb, dersim et Obscur
Lun 26 Nov - 12:50 par crodan00

»  GP Moto 2012
Lun 26 Nov - 4:56 par crodan00

» Formule1 2012
Lun 26 Nov - 4:12 par crodan00

» Boulettes de veau et salade de pommes de terre
Jeu 8 Nov - 22:26 par jaja200

» Pavés dorés à la semoule
Jeu 8 Nov - 21:23 par jaja200

» Croquants du midi
Jeu 8 Nov - 21:20 par jaja200

» Tajine traditionnel (Maroc)
Jeu 8 Nov - 21:16 par jaja200

» Couscous poulet et merguez facile
Jeu 8 Nov - 21:15 par jaja200

» Boeuf Bourguignon rapide
Jeu 8 Nov - 21:12 par jaja200

LE PARADIS DES ANGES
 
Partenaires
Tchat Blablaland
bienvenue aux paradis des anges
    
Sauvage Kelly  Crodan
sondage
sondage votez merci
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Livre d’or

Sauvage kelly Crodan


La cerise

Aller en bas

La cerise

Message par Admin le Mar 1 Juin - 9:53




La cerise au fil du temps


Le terme « cerise » est apparu dans la langue en 1190. Il vient du latin cerasus (cerisier) qui l’a lui-même emprunté au grec kerasos.

À noter que le mot « cerise » sert parfois à désigner des fruits qui n’appartiennent pas au genre Prunus : cerise de Saint-Domingue ou des Antilles (acérole), cerise de Chine (litchi), cerise de Cayenne ou carrée (Eugenia ), cerise de terre (alkékenge).

Les cerises jouaient un rôle dans l’alimentation humaine bien avant l’avènement de l’agriculture. Il semblerait que nos ancêtres du Néolithique fabriquaient du vin de cerise avant de se tourner vers le raisin, qui se prête mieux à ce type de transformation.

Le cerisier acide et le cerisier des oiseaux, les deux principales espèces cultivées, viennent de l’Asie Mineure, plus spécifiquement des régions autour de la mer Caspienne et de la mer Noire.

Deux espèces principales
Des très nombreuses espèces de cerisiers, seulement deux sont cultivées à grande échelle : Prunus avium, qui donne des fruits à saveur douce que l’on consomme surtout à l’état frais, et Prunus cerasus, dont les fruits acidulés servent surtout à la préparation de confitures, gelées, tartes, etc.

La question de savoir qui, des Grecs ou des Romains, a introduit le cerisier en Europe a fait, au début de notre ère, l’objet d’un chaud débat qui se poursuit toujours dans certains milieux. En effet, aux dires des Romains, ce serait l’armée du général Lucullus qui, au premier siècle avant notre ère, aurait ramené des cerisiers de l’Asie Mineure, après une célèbre victoire. Comme le combat avait eu lieu dans la ville de Cerasus, on donna son nom à la plante qui symbolisait le courage des troupes romaines. Mais, les Grecs ne l’entendaient pas ainsi, citant pour preuve un texte d’un auteur grec datant de 300 ans avant Lucullus et dans lequel figure une description détaillée de la cerise.

Quoi qu’il en soit, ce sont certainement les Romains qui ont diffusé le cerisier dans tout l’Empire, son fruit faisant partie de la diète typique des légionnaires. Au Moyen Âge, il est très populaire en France, en Angleterre et en Allemagne, et dès les débuts de la colonisation, il sera introduit en Amérique du Nord. Aujourd’hui, on le cultive dans de nombreux pays d’Europe de l’Ouest et de l’Est, de même qu’en Turquie, en Iran, au Japon, en Argentine, au Chili, en Australie, aux États-Unis et au Canada.

À cause de sa saveur, la cerise aigre a surtout servi à la confection de tartes et de confitures. Toutefois, on a découvert récemment qu’elle était particulièrement riche en antioxydants1, ce qui a entraîné une demande des consommateurs pour le jus et le concentré de jus, qui sont désormais offerts dans les supermarchés, les boutiques spécialisées et les magasins de produits naturels. À noter que la cerise douce viendrait loin derrière pour sa richesse en antioxydants.




La cerise est le plus sucré des fruits rouges et donc aussi le plus énergétique : elle fournit environ 68 kcal/100 g. A noter que les variétés "acides" (amarelle, griotte), surtout utilisées en produits transformés (conserves au sirop ou à l'eau-de-vie, fruits confits, confitures), sont moins sucrées et donc un peu moins caloriques.

bienfaits

Valeurs nutritionnelles
pour 100 g
Protides 0,8 g
Glucides 15 g
Lipides 0,4 g
Calories 68 kcal
Une portion de 125 g de cerises permet de couvrir 20 à 30 % de l'apport quotidien recommandé en vitamine C et 25 % de l'apport quotidien recommandé de provitamine A, ou carotène. Ces vitamines ont des propriétés anti-oxydantes, c'est-à-dire qu'elles limitent les effets néfastes des radicaux libres sur les cellules.

Riches en eau et en potassium (250 mg/100 g), les cerises ont des propriétés diurétiques et leurs fibres stimulent le fonctionnement intestinal.
Pour une meilleure digestion, il est conseillé de bien les mastiquer et de ne pas boire trop d'eau en même temps. Sinon, dégustez-les cuites : leurs fibres sont alors très attendries.

Enfin, sachez qu'une étude réalisée aux États-Unis a montré que le jus de cerise joue un rôle anti-bactérien, qu'il peut neutraliser l'activité enzymatique aboutissant à la formation de plaque, prélude à la carie dentaire...

Nutriments les plus importants

Fer. La cerise douce est une source de fer pour l’homme, mais pas pour la femme puisque les besoins, en ce minéral, est plus élevé chez celle-ci. Le fer est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs. Il est à noter que le fer contenu dans les végétaux est moins bien absorbé par l’organisme que le fer des produits animaux. Voir notre fiche Fer.

Manganèse. La cerise douce et la cerise acidulée sont des sources de manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.

Cuivre. La cerise douce et la cerise acidulée sont des sources de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

Vitamine C. La cerise douce et la cerise acidulée sont des sources de vitamine C. Le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes. Elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.

Vitamine A. La cerise acidulée est une source de vitamine A, sous forme de bêta-carotène. Cette vitamine est l’une des plus polyvalentes, jouant un rôle dans plusieurs fonctions de l’organisme. Entre autres, elle favorise la croissance des os et des dents, maintient la peau en santé et protège contre les infections. De plus, elle joue un rôle antioxydant et favorise une bonne vision. Voir notre fiche Fer, dans Solutions.


Dégustation

Choisissez les cerises fermes et charnues, avec des queues vertes et bien attachées, à la couleur brillante. Elles peuvent être plus ou moins foncées selon les variétés.

Conservez-les une journée dans une corbeille de fruits à l'abris de la chaleur, ou bien pas plus de deux jours dans le bac à légume du réfrigérateur. Dans ce cas, sortez-les au moins 30 minutes avant de les consommer.
Les cerises se congèlent très bien : lavées, égouttées, équeutées et dénoyautées ; nature ou recouvertes d'un sirop de sucre. Pour dénoyauter plus facilement les cerises, faites-les tremper une heure dans une eau glacée après les avoir équeutées.
Bien choisir
Les cerises fraîches devraient être dodues et leur peau lisse et brillante. Éviter les fruits durs, à la peau mate. La couleur de la peau peut varier du rouge clair au rouge foncé, bien qu’il en existe également à peau jaune. Choisir de préférence des fruits qui possèdent encore leur queue.

Comme les cerises aigres se conservent mal après leur cueillette, elles sont rarement offertes dans le commerce. Par contre, on les trouve séchées, congelées et en conserve. Bien lire l’étiquette de ces produits, y compris pour les cerises séchées, afin de s’assurer qu’ils ne contiennent pas de sucre ajouté.

Consommez-les rapidement pour profiter de tout leur jus et de tout leur sucre. Il n'y a rien de meilleur que de croquer dans un fruit frais... Les cerises font aussi de très bonnes pâtisseries : tartes, clafoutis, soufflés. Pensez également à en mettre dans vos compotes, salades de fruits et coupes glacées.
Les cerises à la liqueur se marient très bien avec le chocolat, comme dans le délicieux gâteau Forêt Noire. En plat chaud, les cerises servent à confectionner des soupes typiques en Alsace et en Allemagne ; elles servent aussi d'accompagnement pour le gibier et le canard.

Parmi les liqueurs et les alcools à base de cerises, les plus connus sont : le kirsch d'Alsace, le guignolet d'Anjou, le ratafia de Provence, le cherry anglais et le marasquin d'Italie. On fait aussi du vin de cerises avec du jus de cerise fermenté.
Enfin, les queues de cerises et les fleurs de cerisiers séchées s'emploient en infusion.

Cerises aigres séchées

Les cerises sauvages, on les adore!
Dans les provinces de l’Ouest canadien, on a sélectionné quelques cultivars de cerisier sauvage (le cerisier à grappes aux baies très âpres) pour en faire la production à grande échelle. La demande pour ses petites baies ne cesse de croître, particulièrement en Europe et au Japon, où les produits « sauvages » ont la faveur populaire.

Les ajouter aux préparations à muesli.
Les servir en salade avec de jeunes épinards, des carottes finement râpées, du concombre et des arachides rôties non salées; arroser d’une sauce au vinaigre de riz, zeste de citron et d’orange, gingembre, jus d’orange, ail et tamari.
Dans une salade de poulet avec des morceaux de pommes, du céleri et des oignons verts émincés, des cerneaux de noix grillés. Servir avec une mayonnaise.
Avec de l’avocat, des crevettes cuites, des oignons verts et des verdures.
Les intégrer aux ingrédients d’une vinaigrette : les passer au mélangeur avec de l’échalote, de l’ail, du vinaigre, du jus d’orange et du miel jusqu’à obtenir un mélange homogène. Ajouter graduellement de l’huile de noix et monter en sauce.
Entrée au fromage : couper un camembert ou un brie dans le sens de l’épaisseur; préparer une farce avec des cerises séchées, des noix de pacane, du beurre et du thym; étaler la préparation sur une des moitiés du fromage, recouvrir de l’autre moitié et mettre au réfrigérateur une demi-heure au moins. Servir avec des biscottes.
Autre entrée : mélanger des cerises séchées, de la crème aigre, de la moutarde de Dijon, de l’ail haché et de l’oignon vert émincé finement. Mettre au frigo une heure et servir avec des croûtons ou des légumes crus.
Les ajouter à des carottes cuites à l’eau et égouttées, du sirop d’érable, du beurre, du gingembre et de la muscade; réchauffer et servir en entrée ou en accompagnement d’une viande rôtie.
Les mélanger avec du riz cuit, des oignons, du céleri, des noix, du thym et de la marjolaine revenus dans l’huile et cuits une dizaine de minutes.
Couscous : faire chauffer du bouillon avec des cerises séchées, un peu de beurre, du sel et du poivre jusqu’à ébullition. Ajouter de la semoule de blé, retirer du feu, laisser gonfler 5 ou 10 minutes et servir.
Farce : mélanger cerises séchées, céleri, oignon, ail, cubes de pain rassis, bouillon, oeuf, thym, persil, et farcir une volaille ou une escalope de veau avec cette préparation.
Salsa : cerises séchées, cerises congelées, piment jalapeno, feuilles de coriandre, ail, oignon rouge; au besoin, épaissir avec de la fécule de maïs.
Grignotine : mélanger des arachides et des cerises séchées avec de la poudre de cari, de cumin, d’ail et de piment, et de la sauce Worcestershire; faire revenir dans de l’huile jusqu’à ce que les arachides soient dorées. Mettre à refroidir sur du papier sulfurisé.

Jardinage biologique

La culture du cerisier doux au Québec est risquée, sauf peut-être dans l’extrême sud du Québec. Par contre, celle du cerisier acide ne pose pas de problème. L’Université de la Saskatchewan a sélectionné des variétés qui peuvent survivre en zone 2b ou 3, de même que des cultivars rustiques issus de croisements entre le prunier et le cerisier (leurs fruits portent, en anglais, le nom de chums (de : cherry et plum).

Moins imposant que le cerisier doux, le cerisier acide peut s’accommoder d’espaces relativement petits, y compris une cour en ville, en autant qu’il bénéficie de plusieurs heures de soleil par jour. De plus, contrairement à son cousin, il est autofertile, si bien, qu’il n’est pas nécessaire d’en planter plus d’un spécimen pour obtenir des fruits.

Il préfère les sols sablonneux, profonds, légèrement en pente et orientés vers le nord ou l’est, mais peut s’accommoder d’autres types de sol en autant qu’ils s’égouttent bien, car il ne tolère pas d’avoir les pieds dans l’eau. Protéger contre les vents d’ouest et du nord avec des brise-vent. L’espacement varie selon les cultivars, mais on recommande généralement de planter les arbrisseaux à 6 m ou 8 m les uns des autres. Semer un engrais vert à base de trèfle entre les rangées, en gardant à nu un cercle d’environ 1 m de diamètre autour du tronc, que l’on paillera pour empêcher la pousse des mauvaises herbes.

En cas de sécheresse, irriguer, surtout durant les premières années, tandis que les racines sont encore peu développées. Protéger la récolte contre les oiseaux avec des filets conçus à cet effet.

On devrait pouvoir récolter les premiers fruits trois ans après la plantation. Les récolter un à un ou secouer les jeunes arbres pour les faire tomber. Les laisser prendre de la maturité le plus longtemps possible sur l’arbre, ils n’en seront que plus sucrés.

Écologie et environnement


Compte tenu des températures humides qui prévalent dans les régions productrices en Europe, ceux qui souhaiteraient cultiver des cerises biologiques rencontrent des problèmes presque insurmontables. La moniliose, notamment, une maladie fongique des climats humides, est très difficile à prévenir ou à éradiquer.

Diverses approches sont proposées pour lutter contre cette maladie : taille sévère et stérilisation des outils, élimination des résidus au pied des arbres (feuilles mortes, fruits pourris et branches de taille), protection par couvert forestier ou en recouvrant les arbres de plastique transparent quelques semaines avant la récolte, application de purin de compost ou de poudres à base d’argile sur le tronc, les branches et les feuilles, etc. Toutefois, les pertes attribuables à la maladie restent pour l’heure relativement élevées, sauf pour le cerisier aigre qui semble y être moins sensible.

_________________
Qu'un ami véritable est une douce chose! Il cherche vos besoin au fond du coeur: il vous épargne la pudeur De les decouvrir de lui même Un songe,un rien,tout lui fait peur Quand il s'agit de ce qu'il aime.
administrateur
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 2851
Age : 54
Loisirs : lecture dessin cuisine decoration science bricolage jardinage lol et bien d'autre
Date d'inscription : 12/01/2007

Feuille de personnage
des:

Voir le profil de l'utilisateur http://le-paradis-des-anges.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum